Mariage, baptême, naissance où...

Comment tout faire dans le désordre...

 

 

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Une question souvent entendue

Mon fils cadet a deux ans et demi déjà...

Il n'est toujours pas baptisé et cela me tracasse fort depuis très longtemps. Un obstacle insidieux m'empêchait d'organiser son baptême. Et pourtant, début octobre, un barrage s'est effondré dans mon existence, qui a emporté cet obstacle et tous les autres...

- Deux ans et demi que je ne parvenais pas à faire baptiser mon fils (des tracas familiaux sont derrière tout cela, ouhhh je passe, je passe...)

- Au moins 5 ans que je pleurais, que je suppliais, que je clamais à corps et à cris que je voulais être mariée et que je me sentais bafouée dans ma peau de pacsée (Beuuuuuuuuuuuuuurkkkkk)

-Des mois que je m'interdisais d'être enceinte parce que tout un tas de choses font de la conception un acte déraisonnable et parce que je refusais d'avoir une fille...

 

Un matin devant mon miroir

Et pourtant...

Un matin, devant mon miroir, sans faire de bruit, un énorme barrage a cédé. Un tunnel d'eau d'une puissance incroyable a déferlé, emportant tous les obstacles sur son passage. Moi, ce matin là, devant mon miroir, je n'ai presque rien senti. Et pourtant c'est là que tout a commencé.

294d95b9

Crédit photo : cliquer ici

 

Ce que j'ai senti ce matin là ? Un battement d'aile quelque part sous le nombril, une joie immense à l'idée de sentir à nouveau la Vie, et mes bras et mon coeur grand ouvert pour accueillir une petite fille si tel est le voeu de Dieu. Nous sommes le 4 octobre...

Alors... Mes règles sont arrivées le lendemain, le 5 octobre et j'ai mis en place mon plan d'attaque d'ovocyte (ou opération conception). Puis j'ai couru au presbytère. Nous étions le 13 octobre. J'ai demandé à faire baptiser mon fils le 6 novembre mais ce n'était pas possible. Euh... oui, il est d'usage de programmer ce sacrement au moins un mois à l'avance... La date du 13 a été retenue.

De retour à la maison, j'ai proposé à Philippe : "Et si on essayait de caler notre mariage civil la veille, le 12 ?" titelilie27

Il était OK comme d'hab. Hahaha, quand j'y songe, je me marre car c'est là que je l'ai coincé. Il s'est fait avoir par l'habitude : ne pas écouter ce que je dis et acquiescer systématiquement pour éviter les ennuis. Bref, il a dit "oui".

Le 14, je suis arrivée trop tard à la mairie, elle était fermée. Je rappelle que j'étais en pleine opération conception à ce moment là... Le 15 au matin, j'ai réservé une "place mariage" sur le planning de la mairie pour 14 h 30 le 12 novembre. Un mois jour pour jour avant le mariage... C'est beau... Je raffole de mon aventure imprévue et cela fait du bien de sentir ce qu'est la joie, le bonheur. (Je te rappelle que tu ères dans la catégorie Cucul-Praline-Attitude du blog, à tes risques et périls...)

Et voilà comment on peut, sans chercher particulièrement à se compliquer la vie, se retrouver dans une situation particulière où l'on va, dans l'ordre ou dans le désordre, peu importe,

1) Se marier accompagnée de deux (merveilleux) enfants

2) Faire baptiser un enfant le lendemain de son mariage (à soi, pas à lui)

3) Mettre au monde un troisième enfant 9 mois après ces deux grands et beaux événements


Alors pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Ben pour être soi, vivre sa vie à son rythme à soi, à sa manière et en accord avec soi-même (Na!)

Je te quitte sur ces mots YinYang pour aller appliquer un peu de crème magique sur mes traits fatigués

198442_194906453882240_194895963883289_480844_8319571_n

Je te souhaite une belle nuit. Je file préparer ma bouillote et une boisson chaude : chococcino, thé vert ou citron miel, je ne sais pas encore...

 

Bonne nuit... vg-coeur-rouge-transparent

Crédit image